C'est ki ki paye ?

Publié le 4 Juin 2015

Vous l'avez peut-être remarqué sur vos décomptes de remboursement Sécurité Sociale, de nouveaux honoraires au profit des pharmaciens sont à la charge des patients depuis le 1er janvier 2015.
Ce sont des honoraires, dits "de dispensation"

Le 1er janvier 2015, une réforme de la rémunération des pharmaciens est entrée en vigueur, avec l’instauration de deux honoraires de dispensation.

Pourquoi cette réforme ?

Objectif : valoriser la fonction de conseil du pharmacien d’officine, professionnel de santé de proximité, au moment de la dispensation. Elle permet aussi que la rémunération des pharmaciens d’officine dépende moins qu’avant du prix et des volumes des médicaments vendus.

Deux nouveaux honoraires illustrent cette évolution : un honoraire à la boîte - qui remplace le forfait existant - et un honoraire pour ordonnance complexe. Ils viennent en complément du barème de marge, qui est réaménagé.

Cette réforme introduit-elle un changement pour l’assuré ?

Le ticket Vitale imprimé sur l’ordonnance précisera le détail de la somme à payer par l’assuré et de la partie prise en charge par l’assurance maladie et sa complémentaire santé.

L’honoraire de dispensation à la boîte est pris en charge par l’assurance maladie obligatoire et les assureurs complémentaires dans les mêmes conditions que les médicaments auxquels il se rattache.

L’honoraire de dispensation pour ordonnance complexe est intégralement pris en charge par l’assurance maladie.

Quelles sont les nouveautés en matière de rémunération ?

  • L’honoraire de dispensation par boîte

Le travail de vérification, de contrôle et de conseil associé à la dispensation de médicaments par le pharmacien sera désormais valorisé par un honoraire de dispensation pour chaque boîte délivrée.

Ainsi, à compter du 1er janvier 2015, les pharmaciens perçoivent 0,82€ TTC pour chaque boîte de médicament remboursable délivrée.

En contrepartie, la marge commerciale qu’ils perçoivent pour chaque boîte vendue (calculée en pourcentage du prix du fabricant) a été ajustée à la baisse.

Cette réforme s’applique à l’ensemble des médicaments remboursables, qu’ils aient été prescrits ou non.

  • L’honoraire pour ordonnance complexe

Ce nouvel honoraire s’applique aux ordonnances dites complexes, c’est-à-dire celles mentionnant au moins 5 médicaments remboursables différents. Il vise à valoriser le rôle du pharmacien dans ses missions de conseil et de prévention.

A compter du 1er janvier 2015, cet honoraire s’élève à 0,51€ TTC par dispensation. Il s’ajoute à l’honoraire de dispensation par boîte.

Le pharmacien devra s’assurer de la bonne compréhension de cette ordonnance par le patient et lui proposer l’édition d’un plan de posologie destiné à lui faciliter la prise de l’ensemble de ses médicaments pendant la durée du traitement.

Comment le patient sera-t-il informé ?

  • Modification du Ticket Vitale

Le « Ticket vitale » imprimé au dos des ordonnances sera complété d’une colonne supplémentaire dans laquelle les patients pourront identifier l’honoraire perçu par le pharmacien pour chaque boîte de médicament délivrée.

L’honoraire pour ordonnance complexe sera également indiqué sur le ticket Vitale.

  • Affichage en officine

Le tarif des nouveaux honoraires perçus sera porté à la connaissance des patients dans toutes les officines, soit par voie d’affichage, soit par le biais d’un catalogue tenu à sa disposition.

 

Vous voyez, chers amis, tout change.

Oui, tout travail mérite salaire, mais au bout du compte, qui paye ?

Ce n'est pas le consommateur, par hasard ? Soit sous forme de retenue par la Sécurité Sociale, soit par les cotisations de complémentaire santé.

Deux remarques :

1) Est-ce que ce dispositif ne risque pas d'engendrer une surconsommation de médicaments ? Car si on veut éviter que la complémentaire santé (qui va bientôt être généralisée) mette la main au porte monnaie et, par voie de conséquence, augmente les cotisations, certains pourraient être tentés de demander aux médecins une liste de 5 médicaments au moins, puisque ce sera la sécu qui payera tout. Heureusement qu'aucun praticien ne se livrera à cette manoeuvre.

2) Si on comprend bien, jusqu'à présent le pharmacien effectuait ce travail, relevant de sa compétence, quasi "gratuitement", puisque c'est sa marge qui le rémunérait. S'il vous prodiguait ses conseils avisés, s'il marquait sur la boîte de médicaments combien prendre de comprimés et à quel moment, sa récompense était principalement votre confiance, votre fidélité et vos remerciements chaleureux.

Cette nouvelle forme de "rémunération" ne va t'elle pas creuser un peu plus le budget de la Sécurité Sociale, dont on nous rabâche qu'il est largement déficitaire ?

Enfin, pas de panique, un jour viendra où le conseilleur sera le payeur.

 

A bientôt sur de nouvelles pages ..............................

 

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article