TOUCHE PAS A MA REVALO, ou « L’intention vaut l’action » et comment gagner du temps.

Publié le 21 Septembre 2015

Selon la presse spécialisée, une étude est lancée pour une harmonisation des dates des revalorisations des prestations sociales.
Elles se font actuellement en fonction de l’inflation prévue et, éventuellement d’un correctif au titre de l’année précédente. De nombreuses prestations ont stagné en 2015. On aurait pu craindre qu’elles baissent si le gouvernement n’avait pas imposé un plancher : en avril, les allocations familiales auraient ainsi perdu 0,7 %…


Ouf ! Les retraités n'ont pas été obligés de rendre l’argent, à cause d’une « déflation ».


Pour certaines prestations (RSA, aides au logement), la loi ne prévoit pas de correctif a posteriori. Résultat, quand l’inflation est trop souvent surévaluée, cela conduit à des revalorisations plus rapides que les prix.
D’où l’idée d’harmoniser les règles, en adoptant un nouveau mode de calcul visant à ne plus avoir besoin d’effectuer des corrections d’une année sur l’autre. Les droits seraient désormais calculés sur la base de l’inflation constatée sur les douze derniers mois glissants.


Une seule date devrait être retenue pour revaloriser quasiment toutes les prestations, à savoir le 1er avril, sauf les pensions, dont la hausse est fixée au 1er octobre depuis la réforme des retraites, qui ne changerait pas de calendrier. Avancer la date de revalorisation aurait un coût important.

Théoriquement, la prochaine augmentation des retraites devrait donc intervenir à compter du 1er octobre 2015. Mais le taux d'inflation prévu pour cette année étant quasi-nul, le montant des pensions pourrait à nouveau stagner ou, tout au plus, n'être que très légèrement augmenté. En l'état actuel des choses, le gel des pensions devrait donc à nouveau se prolonger au moins jusqu'au mois d'octobre 2016. Les retraités devraient donc subir un nouveau gel du montant de leurs pensions pour au moins une année supplémentaire.


Et voilà, la messe est dite. Les retraités « nantis », au-dessus de 1200 € par mois, coûtent trop cher.
Il faut encore faire le dos rond et laisser passer l’orage.
Dites moi, est ce qu’en 2014 on n’aurait pas déjà passé notre tour ?
Mais quand donc ces responsables, dont certains ont dépassé l’âge légal de la retraite, vont-ils être à leur tour retraités ?
Qui peut croire qu’ils attendront patiemment le bon vouloir des pouvoirs publics pour percevoir
ou pas, quelques euros supplémentaires chaque mois ?
Car, bien sûr, chacun sait que depuis 2013, date de la dernière revalorisation des retraites, aucune des charges courantes des ménages (Eau, gaz, électricité, taxes d’habitation diverses et variées, produits de première nécessité etc...) n’a augmenté.
Parfois on se demande si on est bien considérés.
Et encore, vous avez observé qu’il n’est question, dans ce mode de calcul, que de l’importance de l’inflation.
Un jour peut-être on intégrera dans les paramètres, la croissance ……… qui revient !!!.
Le texte est clair : « On a bien pensé à effectuer une revalorisation des retraites, mais on ne peut pas. Ça coûte trop cher. Bah, le peuple comprendra, et puis ne dit-on pas que l’intention vaut l’action ? ».

Le gain financier, en passant d'une revalorisation du 1er Janvier (ce que demande depuis longtemps la CFTC) au 1er Avril, puis au 1er Octobre, puis rien pendant un, deux ans voire plus, n'est certainement pas négligeable.

Alors, disons-le tout net : la coupe se remplit chaque jour un peu plus. Attention au débordement.
Pas de revalo en Octobre 2015 ? On reverra ça en 2016, peut-être, si tout va bien.


On y croit, on se bat !!!!

 

 

A bientôt sur de nouvelles pages.....................

 

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Commenter cet article