LA DER DES DER ?

Publié le 18 Octobre 2015

Un coup d'oeil aux derniers développements du dossier "retraite" en gestation, à travers ce que nous dit la Lettre 671 d'Annuaire Sécu : 

Réunion Agirc-Arrco du 16 octobre. "Un accord de principe" entre le Medef et la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC
16/10/15 - La rencontre du 16 octobre entre les partenaires sociaux était présentée comme celle de la dernière chance pour sauver les régimes complémentaires. Le Medef était arrivé avec de nouvelles propositions vendredi matin qu'il a ajustées dans l'après-midi. Il a fini par décrocher un "accord de principe" de la part de trois syndicats pour son projet qui va inciter les salariés à travailler plus longtemps. Une réunion "conclusive" est prévue le 30 octobre pour sa finalisation. De leur côté, FO et la CGT ont refusé de signer le texte.
Le projet d'accord prévoit un système de bonus-malus pour les départs à la retraite ne dépendant plus uniquement de l'âge mais aussi de la durée de cotisation. L'objectif est d'inciter les salariés, à partir de 2019 (pour la génération 1957), à travailler une année de plus, une fois qu'ils ont rempli les conditions nécessaires pour partir avec une retraite à taux plein (âge légal de 62 ans et durée de cotisation de 41,5 ans). Ainsi, un salarié remplissant ces deux conditions qui déciderait de prendre sa retraite à 62 ans verrait sa retraite complémentaire amputée de 10 % la première année, 10 % la seconde et 10 % la troisième, avant de récupérer une retraite à taux plein à 65 ans. Ultime concession dans la soirée : le troisième abattement applicable à partir de 2021, pourrait être revu en "fonction des comportements" des assurés, ont précisé les signataires. La précédente mouture proposait 15, 12 et 10 %. En revanche, si le salarié travaille jusqu'à 63 ans, ce malus ne s'applique pas. Des bonifications de 10, 20 et 30 % seraient au contraire appliquées pendant un an pour les salariés restant en activité deux, trois ou quatre ans de plus.

Les retraités modestes, exonérés de CSG ou bénéficiaires d'un taux réduit, ne seront pas concernés par ces décotes. Par ailleurs, les règles des pensions de réversion sont maintenues en l'état actuel.
Le Medef accepterait par ailleurs d'ouvrir une négociation sur le statut des cadres, en contrepartie de la fusion Agirc-Arrco, qui serait engagée dès 2016 pour devenir opérationnelle en 2019. Enfin, le patronat a accepté aussi l'idée d'une hausse d'un des deux taux de cotisation. Le taux d'appel des cotisations va passer de 125 % à 127 %.

 

Vous le voyez, chers amis, la poudre aux yeux de l'âge pour percevoir la retraite à taux plein s'estompe, au profit de la réalité du temps de cotisation requis.

Toutefois il y a encore beaucoup de conditionnel dans ces dispositions.

Nous ne manquerons pas de vous informer aussitôt que nous aurons des nouveautés.

Et, qui sait, ce n'était peut-être pas la der des der !!!!

 

A bientôt sur de nouvelles pages.........................

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Commenter cet article

ASSURANCE AUTO RÉSILIÉ PAS CHER 12/04/2016 15:29

merci pour l'article

Assurance malussé 12/04/2016 12:07

Merci pour l'article