AU NOM DU CIEL........ARRÊTEZ LE MASSACRE !

Publié le 2 Mars 2012

Dans la soirée du 29 Février, nous sommes nombreux à avoir reçu un mail dont voici des extraits.

 

"Bonsoir,

Nous sommes le 29 février 2012. Il est 20 heures 15.

 

Si vous lisez ce mail, c'est que je vous ai quittés, définitivement.

 

Certains des destinataires de ce mail me connaissaient, d'autres pas.

 

J'ai tenu à vous informer de mon geste, car il est la conséquence directe de l'enfer psychologique que je vis au quotidien depuis 2 ans, que j'ai pourtant essayé de surmonter, de toutes mes forces, pour mon épouse et mes enfants, mais qu'aujourd'hui je n'arrive plus à assumer.

 

Certes, en mettant fin ce soir à mes tortures et angoisses de chaque jour, je règle mon problème. Mais il était de mon devoir de faire en sorte que cela puisse servir (peut-être …) à toutes celles et à tous ceux qui pourraient être dans ma situation, pour leur éviter d'en arriver là où je suis. C'est la raison de ce message........

Plus loin....."Et puis il y a eu cette fusion (des Caisses), qui a fait que depuis deux ans, je me traîne misérablement dans ce qu'on appelle communément un « placard ».


Suit une énumération des causes de ce geste fatal hélas réalisé.

Parmi ces causes, écoutons encore ce que nous dit notre ami, sacrifié sur l'autel du "PROGRES".

"(l'autre face est celle)...de la réalité du terrain, pavée d'infantilisation, de changements de cap, d'actions sans intérêt, d'incohérences multiples et variées, d'ajouts de strates hiérarchiques, de solitudes et de mises en concurrence, de stress, de harcèlement, de désinformation, de destruction des formes de solidarité collective …......... "Etc.


Sans aller plus loin, il faut bien reconnaître que l'ensemble du personnel des organismes en mutation, fusion, transformation, regroupement, harmonisation etc. ressent le même sentiment.

Heureusement tous ne passent pas à un acte aussi dramatique que celui de Thierry.

Néanmoins, combien de Thierry faudra t-il, que ce soit à France telecom, à la Sécurité Sociale ou dans n'importe quelle autre entreprise concernée par ces diktats énarco-économistes, pour que l'on s'aperçoive enfin que la doctrine de la CFTC est la seule valable, en mettant L'HOMME au coeur du système social ?

Il n'y a pas que l'économie qui doit être un moteur de réflexion.

Du reste, il faudra bien, un jour, faire le bilan des économies réellement réalisées par la mise en place de ces dispositifs, dignes d'apprentis sorciers.

Alors, mesdames et messieurs les grands penseurs décideurs, entendez et écoutez tous ceux qui "sont au ciel", en partie par votre grâce.


Ils vous supplient d'arrêter le massacre.

Descendez de votre piédestal.

Progrès ne veut pas dire destruction.


Tout doit pouvoir se réaliser dans les conditions les meilleures et les plus dignes du respect de la personne humaine, pour celles et ceux qui sont en charge d'appliquer, au quotidien, les changements inévitables que la société impose.

 

Prenons-nous à croire en l'intelligence de l'Homme et espérons que le départ de Thierry ne soit pas gratuit. Sans quoi nul ne peut répondre de la sérénité de l'avenir.


 

 


A bientôt sur de nouvelles pages................

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

falourd patricia 05/03/2012 13:59

merci à l'auteur de l'article très bien résumé
je suis en réunion jeudi avec le DG de la CPAM DE PARIS et je me servirais de votre article afin de sensibiliser notre CPAM sur les risques psycho-sociaux entre autre tous les cadres séniors mis au
placard merci encore de votre clairvoyance.
Pat