Le poisson est dans la nasse .........

Publié le 12 Septembre 2011

Le poisson est dans la nasse, ou comment "pêcher le gros".


D'abord, on appate en faisant miroiter une exonération partielle (3,5 %) des taxes, sur les contrats de complémentaire santé satisfaisant à des conditions spéciales, devenant ainsi "responsables et solidaires".

Puis on ferre en indiquant que si ces conditions ne sont pas observées, le contrat sera taxé plein pot, à 7 %.

On attend quelque temps et, quand 90 % des contrats sont conclus en appliquant ces conditions, on n'a plus qu'à ramener le poisson sur la berge, attendre qu'il manque d'air et qu'il crève sans bruit.


Suite à la proposition de suppression de l'exonération partielle de taxe spéciale sur les conventions d'assurance des contrats "solidaires et responsables", en matière de complémentaire santé, Le ministre a déclaré, en substance, que "les mutelles ne sont pas obligées de répercuter l'augmentation... (générée par cette suppression) dans leurs tarifs, leurs finances n'étant pas en danger".


Alors, prenons un pari. Disons "CHICHE" ! et observons ce qui va se passer.


Qui va résister à cette tentation d'inclure cette augmentation dans ses tarifs ?

Quelle mutuelle sera suffisamment philantrope ?

Pour notre part, un doute affreux nous envahit.

Et si ces organismes nous expliquent que leurs finances sont en difficulté, parce qu'ils n'ont pas mesuré pleinement l'impact des déremboursements de médicaments, ou que la population assurée est trop consommatrice de produits pharmaceutiques, ou que leurs frais de gestion sont plus importants que prévu etc........ ? que pourrons-nous faire? Comment pourrons-nous ne pas être pris pour des gogos?

Notre clientèle (un gâteau de près de 160000 personnes, tout de même), n'a t'elle pas été une manne pour eux ?

Quelle forme d'action serait suffisamment efficace pour les dissuader de se livrer à cette manoeuvre ?

Nous devons, plus que jamais, être particulièrement vigilants sur ce sujet.

Pour l'instant, faisons confiance à nos négociateurs et, à l'instar de Rousseau, ne désespérons pas de "la bonté naturelle de l'Homme".

 

 

A bientôt sur de nouvelles pages ............

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Commenter cet article