RENDEZ L'ARGENT.........

Publié le 22 Avril 2011

 

Et voilà ! Une fois de plus, certains syndicats ne sont pas d’accord, à l'heure où de nouvelles négociations s'ouvrent sur le sujet.

Oh, bien sûr, on peut toujours faire mieux, mais est-ce une raison pour s’opposer systématiquement à ce qui est un plus pour le personnel ?

 

Lorsque l’accord sur l’intéressement, dans les organismes sociaux, a été signé, malgré ses imperfections, la CFTC n’a pu que se féliciter de voir  aboutir une revendication et un projet qu’elle avait portés pendant de (trop !) nombreuses années.

Certes, cette première mouture n’était pas à la hauteur des espoirs mis dans cette réalisation.

Mais fallait-il, pour autant, refuser d’entrer dans cet entrebâillement de porte, en sachant que c’était un premier pas ?

Si nous avions fait comme la CGT et F.O, le personnel en serait encore à caresser l’espoir de percevoir, un jour, un semblant de récompense de son travail acharné à sauver l’institution.


Car, en vérité, qui peut croire que l’augmentation de la valeur du point, réclamée par ces organisations en lieu et place de l’intéressement, aurait été accordée et équivalente au montant perçu par les salariés ?

En effet, cela représente plus ou moins 5 points par personne.


La CFTC n’a jamais accepté de considérer que cette prime obérait une augmentation de la valeur du point, ni l'attribution de points supplémentaires pour rattraper un pouvoir d'achat déliquescent.


Alors, il serait intéressant de savoir qui, parmi les dirigeants de ces centrales syndicales « responsables », a rendu ou versé à des associations caritatives, ce qu’il a touché depuis la mise en place de ce système.

Si tel était le cas, on trouverait bien le moyen d’en faire profiter les salariés au rabais qui galèrent dans nos organismes.


Quant aux adhérents « de base », eux-mêmes, rien ne laisse penser qu’ils abandonneraient, avec plaisir, cet avantage.


Evidemment que c’est imparfait, surtout si l’on mesure ça à l’aune de ce qui se passe dans certaines entreprises privées, avec la participation.

Or, justement, nous sommes dans le secteur privé. Alors, pourquoi, quand il s’agit d’appliquer une mesure intéressante, trouve t’on un argument ou une réponse dilatoire à de justes revendications ?


Une boutade lancée par un représentant CFTC, en réunion à l’Ucanss, disait que les accords signés ne devraient s’appliquer qu’aux adhérents des syndicats signataires.

Ça n’a pas fait rire du tout les collègues « d’en face ». Devinez pourquoi.

 


A bientôt sur de nouvelles pages...............

Rédigé par ufr-pse-cftc

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article